Les tampons vaginaux, très utilisés par les femmes en période de règles, sont parfois à l’origine d’une maladie rare mais extrêmement grave: le Syndrome du Choc Toxique – SCT. Ce syndrome a retenu l’attention du public en 1980 lorque plus de 700 femmes d’Amérique du Nord ont été infectées suite à l’utilisation de tampons de type “super absorbant”.

Le SCT: qu’est-ce que c’est?

[flickr id=”6172552566″ thumbnail=”small” overlay=”true” size=”small” group=”” align=”left”]Le SCT touche essentiellement les femmes qui utilisent des tampons vaginaux. En effet, des recherches ont prouvé la présence dans le vagin et l’utérus de ces femmes des souches de Staphylocoque doré. La majorité de ces souches sont sans danger, mais certaines libèrent une toxine dans le sang dangereuse pour la santé de l’Homme. Cependant, de nombreux cas de SCT ne sont pas reliès à l’utilisation de tampons mais peuvent subvenir après une intervention chirurgicale, une blessure accidentelle ou un accouchement.

Quels sont les symptômes du SCT?

Les premiers symptômes du SCT sont souvent similaires à ceux d’une forte grippe cependant ils ne se présentent pas de la même façon pour toutes les femmes.
– Sentiment de fatigue et de faiblesse
– Fièvre élevée : de 39 à 40,5°c.
– Maux de tête et de gorge
– Eruption cutanée et rougeur des yeux
– Diarrhée importante
– Vomissements
Dans les cas graves de SCT, les symptômes deviennent rapidement plus prononcés dans les 24 à 48h. En effet, l’irrigation sanguine diminue ainsi que la pression artérielle pouvant provoquer une perte de conscience. Le sang peut également ne plus coaguler de façon adéquate augmentant donc le risque d’hémorragie. Après 1 à 2 semaines, au niveau de la paume des mains et de la plante des pieds, la peau commence à se détacher.

Que faire pour lutter contre le SCT?

En cas de suspicion du SCT, il est important de se rendre urgemment à l’hôpital afin de, si nécessaire, subir un traitement intensif. Suite à cette intervention, les tampons sont interdits dans les 5 mois qui suivent l’hospitalisation pour éviter toute récidive.
Plus généralement, pour éviter les risques d’infection au SCT, il est conseillé d’utiliser par alternance les tampons et ne pas les porter plus de 8h. Enfin, pour éviter tout risques, il existe de nos jours des alternatives aux tampons: les coupelles menstruelles. Celles’ci sont plus économiques, plus écologiques et le risque d’infection au SCT n’a pas été détecté.

Bien que rare, le SCT se développe rapidement et peut être fatal dans plus de 13% des cas, c’est pourquoi nous devons être vigilante ou trouver d’autres alternatives.